Après son article sur la chaîne d’approvisionnement, La Financière Responsable se concentre sur un autre indicateur relatif à la santé et à la sécurité des travailleurs : la fréquence des accidents du travail au sein des entreprises.

La méthodologie

Pour analyser cet indicateur social, La Financière Responsable calcule le taux de fréquence des accidents du travail, à savoir le nombre d’accidents avec arrêt de travail survenus au cours de l’exercice par million d’heures travaillées.

Les résultats

La Financière Responsable porte une attention particulière à ce critère car la prévention des accidents du travail est un enjeu majeur pour une politique sociale durable. Les entreprises composant le fonds LFR Euro Développement Durable laissent apparaitre un taux plus élevé (5,1) que le CAC 40 (3,8) et l’Euro Stoxx 50 (3,9) bien que celui-ci soit en baisse sur la période de 2010 à 2016 (-12,8%).

Le secteur des services aux consommateurs (15,8) a une forte influence sur ce résultat en raison des taux élevés de JCDecaux (23,2) et de Carrefour (22,1). Le chiffre de JCDecaux (communication extérieure sur mobilier urbain, vélos en libre-service, transport et affichage grand format) s’explique par les accidents de la route. Les efforts de formation sur la conduite et la digitalisation des supports de communication devraient entraîner la baisse de ce taux. Quant à Carrefour, l’entreprise est sujette aux risques d’accidents de travail en raison de ses activités de manutention de palettes et de mise en rayon. La présence d’Iliad (15,2) dans le secteur technologie pèse également sur le taux de fréquence du fonds LFR Euro Développement Durable. En effet, le développement de son réseau de télécommunications implique une exposition des salariés aux accidents de la route.

Concernant le secteur des industries où le fonds LFR Euro Développement Durable est fortement présent, le taux est satisfaisant (4,2) par rapport à celui du CAC 40 (3,3) et l’Euro Stoxx 50 (4,7). Il en est de même pour de secteur des biens de consommation (2,4 vs 3,0 pour le CAC 40 et 3,6 pour l’Euro Stoxx 50).

Pour les sociétés financières, le taux du fonds LFR Euro Développement Durable, représenté par BNP Paribas, est de 1,6 contre 2,8 pour le CAC 40 et 3,8 pour l’Euro Stoxx 50. Ce dernier est affecté par le chiffre d’Intesa Sanpaolo (7,0) dont l’activité retail en Italie entraîne un risque d’accidents de la route des conseillers.

Il est à noter le faible taux des entreprises du secteur des matériaux de base, tous univers confondus, qui va de 0,7 (Solvay) à 1,5 (Brenntag).

Enfin, les chiffres du secteur de la santé ne sont pas représentatifs puisque seules les entreprises Essilor International (1,9), Sanofi (1,7) et Fresenius (absence de données) sont présentes dans le périmètre d’étude de l’indicateur social.

La Financière Responsable va plus loin dans l’analyse en mettant ces données en relation avec d’autres indicateurs relatifs à la santé et à la sécurité des travailleurs au sein des sociétés comme la gravité des accidents du travail, les décès, ou encore l’information des accidents du travail au Conseil d’administration. Ce travail de mesure réalisé avec la base de données Empreinte Ecosociale® démontre l’importance que La Financière Responsable accorde aux Objectifs de Développement Durable des Nations Unis et particulièrement l’objectif n°3 consacré à la bonne santé et au bien-être.

Alison Amiell – 3 septembre 2018

Pour plus d’information aamiell@lfram.fr

Cette publication a été réalisée par La Financière Responsable dans un but d’information uniquement. Elle ne constitue ni une offre, ni une sollicitation, ni une recommandation par un membre quelconque de La Financière Responsable en vue d’un conseil ou d’un service d’investissement, pour acheter ou vendre des instruments financiers.