La communication d’Unilever en matière de RSE nous parait insatisfaisante alors même que la société soigne ses actionnaires sur le plan financier.

En effet, dans le domaine du social, Unilever fournit certes des données qualitatives mais La Financière Responsable est toujours en attente de données chiffrées. A ce jour, seuls les indicateurs de répartition hommes/femmes (32% de femmes) et de fréquence d’accidents du travail (1,12 accidents pour 1 million d’heures travaillées) sont communiqués.

De plus, la société a refusé de répondre au questionnaire extra-financier de La Financière Responsable pendant plusieurs années. En 2016, elle n’a répondu que sommairement avec un taux de réponse (après retour du questionnaire et dialogue avec l’entreprise) de 40,4% contre 60,0% pour les entreprises de l’Eurostoxx 50.

Par ailleurs, Unilever fait régulièrement l’objet de controverses. Nous pouvons encore en compter une récente suite au rapport d’Amnesty International de novembre 2016 qui accuse plusieurs raffineries de Wilmar, fournisseur en huile de palme d’Unilever, d’enfreindre gravement les droits de l’homme (non-respect du droit du travail indonésien, travail des enfants, travail forcé, etc.). Unilever n’a pas répondu sur l’identité des raffineries dans lesquelles elle se fournit en huile de palme. Dans son rapport, l’ONG internationale remet en cause la politique des droits de l’homme d’Unilever ainsi que sa chaine d’approvisionnement.

En mars 2016, La Financière Responsable avait déjà annoncé sa décision d’exclure tout investissement dans la valeur Unilever pour défaut d’information en matière sociale. A l’occasion de la publication du Rapport Annuel sur l’exercice 2016, La Financière Responsable confirme sa position : le développement durable d’une société ne peut se faire sans la prise en compte de l’ensemble de ses parties prenantes. En négligeant de communiquer des informations précises, complètes et chiffrées sur les relations avec certaines d’entre-elles, le groupe Unilever n’a pas sa place dans les portefeuilles ISR de La Financière Responsable, même si de nombreux fonds ISR l’acceptent.

Alison Amiell – 11/05/2017

Pour plus d’information aamiell@lfram.fr

Cette publication a été réalisée par La Financière Responsable dans un but d’information uniquement. Elle ne constitue ni une offre, ni une sollicitation par un membre quelconque de La Financière Responsable en vue d’un conseil ou d’un service d’investissement, pour acheter ou vendre des instruments financiers.